Matthias T.

Antoine Bonnet

Verbe Haut

15,00
10 octobre 2021

De Célestin à Augustin

AFK raconte le parcours d'Alexandre Ferdinand Kelly, gameur de 25 ans passant sa vie enfermé dans sa chambre qui, au moment du premier confinement, va commencer à sortir, au sens propre comme au figuré.

Blasé de la vie et sans avenir au demeurant, c'est grâce à l'écriture qu'il va progressivement sortir de ses prisons de pixels, et suite à plusieurs évènements, Alexandre décidera d'agir dans le monde réel.

Antoine BONNET alterne, avec une fluidité et un dynamisme identique à celle d'un pianiste russe :
-la narration de l'auteur en période de premier confinement,
-la poésie,
-et des parties de jeux, ces dernières étant écrites dans un style accessible à tous.

De plus le roman est très drôle.

Il a résonné en moi sur plusieurs points, notamment son personnage principal :

En effet bien qu'ayant grossi les traits, Alexandre correspond à un profil répandu chez beaucoup de jeunes, dont j'en faisais parti. Assez ironiquement, suite au second confinement j'ai repris goût à la lecture, ce qui m'a fait un bien fou. En effet, même si je ne regrette pas les heures passées dans ces univers virtuels tout seul dans ma chambre (l'auteur ne condamne pas les jeux vidéos, il y apporte un avis nuancé), force est de constater que la lecture et l'écriture m'ont aidé à développer des sens et des compétences insoupçonnés. En un mot, cela m'a émancipé.

Même si le roman débute sur des références explicites à certains memes et sites internets, au fur et à mesure qu'Alexandre prend conscience du monde qui l'entoure, les références portent sur la politique, sur les mesures gouvernementales actuelles, et sur les personnages politiques historiques ayant eu des conséquences néfastes pour la France et ce jusqu'à nos jours.

L'évolution du personnage permet de donner des pistes pour se construire voire s'émanciper, sentiment partagé par beaucoup de mon entourage, qu'ils en soient conscients ou non.

En somme, un excellent roman que je recommande chaudement.

En souvenir de cette séance de dédicace à Paris ;)