Amour, luxe et capitalisme, Le gaspillage comme origine du monde moderne
EAN13
9782493898005
ISBN
978-2-493-89800-5
Éditeur
NOUVELLE LIBRAI
Date de publication
Collection
KRISIS
Nombre de pages
262
Dimensions
21,5 x 14 x 1,9 cm
Poids
335 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Amour, luxe et capitalisme

Le gaspillage comme origine du monde moderne

Nouvelle Librai

Krisis

Offres

Le capitalisme, un fruit du luxe ? Et, plus encore, la conséquence lointaine d’un changement des rapports hommes-femmes ayant pris place à partir du Moyen Âge ? C’est là la thèse incroyablement audacieuse que formule Werner Sombart en 1913 – et qui fait de lui l’une des figures fondatrices de la sociologie du luxe, aux côtés de Thorstein Veblen et Georg Simmel. Historiquement, le luxe est d’abord celui des cours princières et papales, qui se détournent des grandes manifestations de générosité publique du Moyen Âge pour adopter un luxe privé : celui de l’aménagement intérieur, de la décoration, des raffinements vestimentaires et culinaires. Pourquoi ce basculement ? Pour vivre des sentiments amoureux davantage tournés vers les sens, ces sentiments qu’exaltent d’abord les troubadours et qui trouveront vite à s’exprimer dans les bras des courtisanes et des demi-mondaines. Une fois mise en route, la dynamique du luxe est un dissolvant qui mine tout l’ordre social, en permettant à des parvenus d’afficher une consommation qui dépasse très largement leur rang social, en transformant la noblesse d’épée en noblesse d’argent, et en ouvrant la voie à des dépenses sans fin. Économiquement, la demande de luxe est à l’origine de la grande entreprise, et a considérablement stimulé les circuits d’échanges mondiaux à l’ère moderne, jusqu’au commerce des esclaves.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Dans cet entretien avec Guillaume Travers, nous abordons la pensée et l'oeuvre de Werner Sombart, pilier de la grande sociologie allemande, avec Max Weber, Ferdinand Tönnies et Georg Simmel. Si Werner Sombart est relativement oublié aujourd'hui, ses contributions à l'histoire de la sociologie, de l'économie et de la pensée politique n'en sont pas moins considérables. Contrairement à ce que l'on croit habituellement, c'est Werner Sombart lui-même qui donna au terme "capitalisme" la popularité qu'on lui connaît de nos jours, l'analysant pourtant différemment que Karl Marx. Par sa recherche d'une troisième voie, entre le capitalisme et le marxisme, permettant de sortir de "l'ère économique", Werner Sombart compte également parmi les grandes figures de la Révolution conservatrice allemande.

© Ego Non