La fracture nationale, Les dangers de la binationalité
EAN13
9782353744725
ISBN
978-2-35374-472-5
Éditeur
Dualpha
Date de publication
Collection
Patrimoine des héritages
Nombre de pages
176
Dimensions
21 x 14,8 cm
Poids
120 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La fracture nationale

Les dangers de la binationalité

Dualpha

Patrimoine des héritages

Offres

Préface de Robert-Noël Castellani, Préfet honoraire, ancien président de l’Office des Migrations internationalesFils d’un ancien combattant algérien ayant servi dans l’armée française durant la iie Guerre mondiale, Farid Smahi, ancien éducateur sportif à Boulogne-Billancourt, a aussi été membre de l’équipe de France de water-polo. Il est passé par l’association France Plus et le Parti socialiste. Il rejoint le Front national en 1997 et rencontre Jean-Marie Le Pen avec lequel il sympathise, lui vouant depuis lors une fidélité et une loyauté absolues...Lors des élections régionales de 1998, il est élu Conseiller régional en Île-de-France (1998-2004). Fondateur du Forum national des cercles « Arabisme et Francité », il est élevé au grade de Chevalier de l’ordre national du mérite en 1995.En 2007, dans le cadre de la campagne présidentielle, il organise avec David Rachline, devenu plus tard maire de Fréjus, le discours resté célèbre de Jean-Marie Le Pen sur la dalle d’Argenteuil dans lequel il affirme, s’adressant aux habitants de celle-ci : « Nous voulons vous aider à sortir de ces ghettos de banlieue où les politiciens français vous ont parqués pour vous traiter de racaille par la suite. »Farid Smahi est par ailleurs hostile à cette hérésie juridique que constitue la binationalité qui encourage la république à fabriquer des nationaux hybrides : « Au même titre que nous avons une seule maman, nous ne devons servir qu’une seule patrie ! »Admirateur de l’histoire de France, élevé dans la religion musulmane, il fait le Ramadan et fête aussi Noël. Dans ce livre, il dresse un constat édifiant et considère qu’il y aura dans quelques années des millions de citoyens binationaux… « Le cheval de Troie est dans nos murs ! »
S'identifier pour envoyer des commentaires.